Ségolène Royal fait passer une dernière réforme avant la prise de pouvoir d’Emmanuel Macron..

Une mesure d’exception a été récemment par la ministre de l’environnement Ségolène Royal, à peine un jour avant que ne soit élu le nouveau président.

Ségolène Royal a fait passer une dernière loi avant la prise de pouvoir d’Emmanuel Macron et ça ne plaît pas à tout le monde ! Une mesure d’exception a été récemment par la ministre de l’environnement Ségolène Royal, à peine un jour avant que ne soit élu le nouveau président.

La veille des élections, une nouvelle loi est apparue, plus précisément un arrêté interministériel dont Ségolène Royal est à l’origine. Ainsi le 6 mai, la ministre de l’environnement a rendu public ce décret qui ne fait visiblement pas l’unanimité, loin de là.

 

Divergence d’avis 

En effet, ce décret aussi inattendu qu’imprévu pour les concernés ne pouvait que réjouir les environnementalistes et les défenseurs des animaux. D’autres le voient d’un très mauvais oeil.

 

Concenés

Les premiers concernés par ce décret sont les animaux qui vont être protégés par ce décret. En effet, dans quelques temps vous ne pourrez plus voir de grands mammifères aquatiques dans les zoo, aquariums ou des spectacles. Ils devront rester dans leur état naturel.

Interdiction

Il n’est pas question de relâcher ou de tuer les bêtes déjà présentes dans les parcs, mais elles n’ont plus le droit de se reproduire et aucun achat de ces animaux ne sera autorisé.

Animaux

Ceci veut donc dire que les animaux en question finiront leur jour dans les aquariums et qu’ils seront la dernière génération à vivre et mourir de cette manière. Une joie pour les défenseurs des animaux, mais qui signe aussi le glas de certains parcs aquatiques qui vivaient de cette activité et qui expriment donc leur vif mécontentement.

 

Colère

L’indignation auprès de ces personnes est d’autant plus grande que cette décision a été prise sans la moindre concertation ni avertissement.

 

De l’essence sur le feu

Le décret en lui-même avait été prévu depuis un moment et longuement discuté. Il ne prévoyait à la base que d’améliorer les conditions de vie de ces animaux, en leur offrant par exemple une nette augmentation de la taille de leurs bassins pour qu’ils vivent comme à l’état naturel.

 

Changement

Au final, les conditions initiales ont été gardées : ainsi il faudra améliorer les conditions de vie de ces animaux ET cesser leur reproduction et nouvelles acquisitions.

La situation

Pour les exploitants des structures concernés, c’est un challenge impossible. Ils ne peuvent pas agrandir les bassins (les faisant passer de 800m2 à 3.500 pour les orques par exemple) et en même temps cesser leur activités quelques années après car les animaux terminent leur vie.

 

Des autres arguments

D’autres arguments sont avancés contre ce décret. Ces animaux sont conçus, comme tout animal, avec le désir de se reproduire. Les priver de ces désir nuirait donc aussi à leur bien-être.

 

Conséquences

Le décret ne sera visiblement toutefois pas retiré. En conséquence, afin de respecter la norme évidemment, les aquariums seront aménagés mais uniquement selon le minimum prévu par ce décret. Les animaux gagnent la liberté quitte à faire perdre de l’argent aux propriétaires de ces parcs et aquariums.

 

Interdiction

Dans la continuité d’améliorer les conditions de vie des animaux, l’utilisation des animaux pour des spectacles est interdite, tout comme les effets sonores et lumineux stressants, le contact direct avec le public et les présentations nocturnes sont interdits. Un délai de 6 mois est accordé pour prendre des mesures en conséquence.

Source: www.thevibes.fr

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suivez Nous sur Facebook !