Une Américaine qui a tué une rare girafe s’attire la colère du monde entier.

Une chasseuse a appris bien malgré elle que parfois, il vaut peut-être mieux de se garder une petite gêne quant à ses exploits. En effet, la femme qui avait tué une girafe s’est faite prendre en photo à côté de son trophée de chasse, mais suite à la publication de la photo sur les réseaux sociaux, celle-ci a attiré la colère de plusieurs internautes.

La photo prise en Afrique du Sud montre donc une chasseuse originaire des États-Unis qui pose fièrement aux côtés de sa victime.

Or, il s’est fallu bien peu de temps avant que la photo ne soit repartagée par d’autres internautes et ceux-ci n’avaient aucunement l’intention de rendre hommage à la chasseuse.

À titre d’exemple, voici une traduction de ce que le compte Twitter d’Africa Digest avait à dire à cet effet:

« Une sauvage Américaine blanche qui est en partie néandertale vient en Afrique et tue un spécimen très rare de girafe noire, une courtoise de la stupidité de l’Afrique du Sud. Son nom est Tess Thompson Talley et on vous invite à partager cette information. Si nos prétendus gouvernements ne peuvent pas protéger nos habitats naturels, c’est le temps de se lever et de s’occuper de notre continent, nos terres, nos ressources et notre habitat naturel. Unissons nos voix contre le pillage de notre pays, c’est la seule maison que nous avons. »

Les critiques n’ont pas tardé à suivre et bien des internautes ont appuyé les propos d’Africa Digest tout en rappelant qu’il ne fallait pas se surprendre que le gouvernement tolère de telles choses, étant donné qu’il tolérait déjà de nombreuses injustices à l’égard de ses citoyens humains.

À cet effet, Africa Digest a poursuivi en expliquant: « La plupart des ours noirs ont été chassés au Canada pour être ensuite expédiés aux États-Unis. L’ours noir fait partie des animaux dont l’extinction est la moins menacée. Les coûts associés à ce type de chasse varient d’une destination à l’autre. »

Par exemple, en Afrique du Sud, il en coûte entre 25 000 et 60 000 dollars pour chasser un éléphant et entre 8500 et 50 000 dollars pour chasser un lion.

De nombreux pays ont interdit ce type de chasse.

Parmi les pays qui ont voté des lois afin d’empêcher la tenue de ce type de chasse, on y retrouve le Kenya et le Botswana.

L’Australie, la France et les Pays-bas interdisent l’importation de trophées de chasse et le Royaume-Uni pourrait adopter éventuellement une loi similaire qui interdirait l’entrée au pays de trophées de chasse.

Sur son compte Facebook, la femme s’est défendue en affirmant que peu de gens comprennent le principe de la chasse.

 

Source: Unilad
Crédit Photo: Courtoisie

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suivez Nous sur Facebook !