Un homme coupe les quatre pattes et la queue d’un chiot avant de le laisser pour mort en forêt

Un pauvre chiot sans défense a été retrouvé les quatre pattes et la queue coupés par un individu cruel qui l’a laissé pour mort dans une forêt dans le district de Sapanca, en Turquie.

Des images bouleversantes de l’animal ont été diffusées sur Internet, soulevant la colère des habitants du pays, mais aussi de toute la communauté internationale.

Le chien a été transporté chez le vétérinaire, mais malheureusement il n’a pas pu s’en sortir vivant. Il est mort sur la table d’opération, vendredi.

Dimanche, en pleine campagne électorale, le président Tayyip Erdogan a annoncé aux médias que la police a arrêté un suspect dans cette histoire. Il s’agirait d’un homme travaillant comme opérateur de machinerie lourde dans le domaine de la construction.

Le président, qui cherche à reconduire son mandat, a promis d’amender les lois de protection des animaux après le vote du 24 juin s’il est à nouveau élu.

«Que ce soit à la maison ou dans les rues, nous allons prendre en considération les lois actuelles et les évaluer. L’opérateur a été arrêté aujourd’hui [dimanche]. Les autorités de Sapanca ont ordonné son arrestation», a-t-il déclaré.

«Il n’y a rien d’acceptable dans ce qui est arrivé, mais il est très important de démontrer une prise de conscience.»

L’incident a permis aux partis politiques en opposition de s’unir en pleine campagne électorale afin de dénoncer les actes barbares qui ont été commis sur le petit chien sans défense et menant jusqu’à sa mort.

Tous les partis politiques veulent que des mesures plus strictes soient imposées pour protéger les animaux de cas de maltraitance, particulièrement les plus extrêmes comme celui-ci.

Les groupes de protection des droits des animaux en Turquie ont longtemps décrié le manque de punition sévère contre ceux qui s’en prennent aux animaux dans les cas d’abus.

Un amendement d’une loi pour protéger les animaux est à l’agenda du parlement depuis des mois, mais il n’y a pas eu d’avancement dans ce dossier.

«Ce genre de brutalité à l’endroit d’un être si petit est une preuve que notre pays a perdu ses belles valeurs», a décrié le candidat Meral Aksener sur les médias sociaux.

«J’espère que ceux qui ont blessé et tué ce petit chiot seront punis à la hauteur de leurs actions après leur mort. Si seulement c’était possible avant, dans ce monde, avec des lois adéquates…»

Source: Daily Mail
Crédit Photo: Capture d’écran

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suivez Nous sur Facebook !